Nevers veut le TGV, affiche Mitterrand et… se vieillit

L’agglomération et la ville de Nevers ainsi que sa Chambre du Commerce et de l’Industrie et le département nivernais ont confié à l’agence MensCom, la promotion du passage par Nevers de la future ligne TGV Paris-Orléans-Clermont-Ferrand-Lyon. Cette nouvelle campagne de communication a été présentée lundi et la campagne d’affichage a débuté aujourd’hui pour une durée de deux semaines.

"Avec le TGV à Nevers, il aurait pu être là tous les jours..."

Le porte-parole de l’agglomération de Nevers explique l’affiche ainsi: «François Mitterrand semble représenter au mieux l’identité de la Nièvre». En somme, l’image de Mitterrand « parle » aux Neversois: il a été député de la Nièvre de 1962 à 1981. D’ailleurs, l’effet recherché est de toucher cette population nivernaise, ce qui justifie l’emploi de l’adverbe «». La campagne doit s’adresser, en premier, aux habitants de la région. En effet, le débat public pour définir le tracé de la future ligne TGV s’ouvrira le 4 octobre prochain. Ainsi, l’objectif de la campagne est d’obtenir une forte mobilisation de l’opinion publique nivernaise lors de ce débat public.

Or l’utilisation de l’image de Mitterrand ne pouvait rester discrète. L’ancien député de la Nièvre est aussi une figure importante pour l’ensemble de la France. L’ancien Président reste une des personnalités préférées des Français et son image est tout particulièrement liée à celle du TGV car c’est lui qui inaugura le premier Train à Grande Vitesse en 1981. L’affiche a donc, naturellement, fait le tour des médias et le buzz créé a dépassé la cible première départementale.

L’agence MensCom semble donc avoir réussi à placer Nevers sous les projecteurs nationaux. Pourtant, l’image de la ville ainsi véhiculée n’est pas forcément des plus flatteuses… .

Quelle image avons-nous de Nevers avec cette affiche?
Du noir et blanc, la photographie d’un homme décédé, l’emploi du conditionnel passé.
Cette campagne donne en fait l’image d’une ville tournée vers le passé, attendant un mort. De plus, elle apparaît comme assistée, dépendante: derrière le slogan, on peut lire un besoin de compter «tous les jours» parmi ses habitants, son ancien député.

A l’échelle locale, cette campagne est certainement très efficace: le pouvoir de reconnaissance et d’identification fonctionne sur la population âgée de plus de 30 ans. Néanmoins, le couperet de l’échelle nationale est terrible.
Conclusion: à trop vouloir élargir sa cible, on vieillit sa ville.

Enfin, si vous n’êtes toujours pas convaincus du pendant négatif de cette affiche, rendez-vous sur le site internet dédié à la cause de Nevers et venez partager vos impressions: le site donne-t-il une autre image de la ville que cette affiche ou confirme-t-il ce sentiment vieilli?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Foutez pas le bordel!